interprétation des rêves
Page 3
Page 5
L'amplification

Cécile pilote une voiture qui roule à folle allure. Elle est sur le point de se fracasser contre un mur ancien, sauf à bifurquer. Ses passagers : Gaël, Raphaël, Dominique et Jean-Marie, sont tous trois assez désorientés dans la vie sans leurs compagnes. C'est donc qu'elle s'interroge sur l'homosexualité, et voilà pourquoi votre fille est muette !

  


 Dans les autres éléments nous retrouvons une conduite dangereuse, une nécessité de changer son orientation, la notion de couple. Le mur ancien est certainement représentatif de choses (traditions ?) et de limites établies de longue date. Il illustre l'expression " aller droit au mur "

Un travailleur de l’ombre
vous livre ses conclusions


Un rêve véritablement sexuel est discrétement placé en bas de page (chut) 

Ci dessus vue "plongeante" sur une amplification pigeonnante.

Substitutif du sexe masculin

           
Freud a su dégager une autre constante du fatras de nos rêves : " L'appareil génital masculin et sa partie la plus visible (pour les deux sexes la plus importante) trouve sa représentation symbolique dans les objets dont la forme lui ressemble : bâtons, cannes, hampes, lances, arbres etc comme ceux dont la fonction est de pénétrer à l'intérieur d'un corps en le blessant : toutes les armes blanches (couteaux, poignards, épées, sabres), les armes à feu. " Voyons comment opérer incisivement :

 " Une jeune fille s'injecte de la drogue dans le bras gauche ".            Ce bras gauche qui est celui du coeur et des sentiments.

           En appliquant cette simple grille de lecture Freudienne, et en concevant qu'une seringue, à l'instar d'une arme blanche, peut pénétrer le corps humain en le blessant, je sais qu'il est question d'un rapport sexuel avec quelqu'un du sexe masculin. Mais le rêve, n'a pas vocation à établir un simple constat des lieux, il illustre par là que la sexualité comme l'injection de drogue sont des vecteurs potentiels de maladie sexuellement transmissible.

Après la logique et les jeux de mots, évoquons l'amplification, mécanisme qui exagère les images du rêve et transforme un lillois en inuit, et les plantes vertes du salon en forêt tropicale. Ces mécanismes ne sont jamais flagrants, à l'état natif en somme, mais toujours plus ou moins triturés par nos sommes.


Quand une dame d'allure élancée, portant ballerines plates et poitrine bombée, me dit qu'elle est obligée de se courber pour passer sous les portes aux normes habituelles (altitude 2O3 centimètres), je n'y vois apparaître que son minuscule " complexe " de supériorité qu'elle promène ostensiblement partout. Et j'y reconnais une des innombrables variantes de l'amplification, procédé majeur des déguisements oniriques.

L'amplification est évoquée plus en détail ici.